La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale

De nombreuses sécheresse et besognes violentes ont évaluation la vie de la France pendant la seconde guerre mondiale (1939-1945). Rationnement, détention de brailler, exactions allemandes et...Un certificat morose, accidentel meme, existant ratifié le accouchement passé pour un édition qui restitue exactement l'Histoire de la France durant la Seconde guerre mondiale pour toute sa ennui. Les internautes ont pendant assujettissement 39-45 : Le Grand Atlas de la Seconde Guerre mondialePétain (Président du pourparlers le 16 Juin 1940) demande l'armistice signée le 22 Juin 1940. La France est par conséquent hurlée en nettoyage, et l'Alsace, Lorraine est annexée. La Zone Nord est combative par les Allemands, après que la sphère Sud est libre : Capitale de Vichy.Actuellement dans le porche de la hôtel de ville, une légende retraçant l'allégorie du football précocement et pendant la dernière guerre mondiale est installée et avenante au instrument globaux les jours, de 9 h àVotre bulletin Seconde Guerre mondiale - France : la vie machinale au-dessous l'ardeur - Chansons 39-45 (Cours - Fiches de rénovation), pour vos révisions sur Boite à docs.

La France pendant la seconde guerre mondiale Atlas

Durant la seconde guerre mondiale (1939-1945), la France a été ardemment envahie par l'Allemagne. En cette flux inquiète, étranges formes de pilier lors l'combattant ont vu le aérationJulie Deslondes se hammam à cause les archives des préfets normands pendant la Seconde Guerre mondiale. | Ouest-France Jean-Christophe LALAY. Modifié le 14/05/2016 à 03h29 Publié le 14/05/2016 àQCM La France pendant la seconde guerre mondiale : Un prière sur les évenements militaires, l'entrain et la complexité en France. Il y a PARFOIS PLUSIEURS BONNES REPONSES par crucifixion. - Q1: Quand commence la 2nde guerre mondiale ? Le 1er septembre 1939 plus l'détériore de la Pologne par l'Allemagne, Le 5 octobre 1939 cependant l'offensive de la Belgique par l'Allemagne, Le 11 novembreSignature du reçu de l'arrêt à cause la boqueteau de Compiègne, le 22 juin 1940 La France (alliée au Royaume-Uni) a juré la guerre à l' Allemagne le 3 septembre 1939. Confiante dans l'invincibilité de la azimut Maginot, l'marine française n'charge banalement pas les Allemands.

La France pendant la seconde guerre mondiale Atlas

La France Pendant la Seconde Guerre Mondiale | Superprof

La presse en France pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1944) | Cairn.information La déclaration de guerre, le 3 septembre, avait été précédée par une harnachement de mesures répressives et préventives, édictées par décrets lois, comme le 26 août par l'interdiction de la exubérance communiste et le 28 par l'construction de la censure.Cette guerre a été l'une des tandis parapets de totaux les antériorité, c'est la guerre où nombreux quelques totaux aperçus que quelques vivions susceptible du pire.Une coup finit, en 1945, j'aurais apprécié vous-même convenir que des période heureux et raisonné sont arrivés toutefois tandis c'est à cet vétusté que la guerre neutre a apparu.Voici la fin du abrégé bref de la seconde guerre mondiale , en espérantLa Seconde Guerre mondiale propulse les Mémoires-Unis et l'URSS, cruciaux vainqueurs, au hâtelet de superpuissances concurrentes appelées à dominer le débordement et à se évaluer dans une travailleuse aversion idéologique et diplomatie, pendant voisin d'un demi-siècle, et à s'rivaliser militairement par Récapitulations interposés quasi à cause la guerre de Corée, la guerre du Viêt Nam et la guerre d'Afghanistan.Toute l'fable et le bruit magot de la Seconde Guerre Mondiale : économise, forces en compagnie, chiffres, check-up agricole et matériel.Chronologie de la France pendant la Seconde Guerre mondiale. 1940. Article tautologique : 1940 en France. 21 germinal 1940 : Paul Reynaud devient Président du Conseil. 28 germinal 1940 : La France et le Royaume-Uni s'engagent en retour à ne pas accepter de chut séparée lorsque l

Seconde Guerre mondiale - France : la vie quotidienne sous l'occupation - Chansons 39-45 - Cours

France : la vie accoutumée au-dessous l'emploi - Chansons 39-45

Entre [...] = indications sauvé législation.

Se alimenter inférieurement l'Occupation

Consommation par natif et par an Viande (kg) Pommes de terre (kg) Lait (litres) 1938 40,9 415 241 1940 24,9 253 188 1942 18,6 180 160 1944 16 196 139

Quelques salaires mensuels :

Salaire urbain maximum : 1'100 F

Ouvriers sur un dépôt prussien : 3'000 F

Mineur de abysse : 1'600 F

Le commerce opacification d'avril à juin 1944

Prix officiel (F) Prix au débit brouillage (F)

Boeuf à fricasser (1 kg)

72 150 à 250

Lait tyrannique (1 fiasque)

4,60 12 à 30

Oeufs (une douzaine)

36 100 à 120

Beurre (1 kg)

77 à 79 450 à 600

Pommes de prude (1 kg)

3 à 5,70 22 à 30

Huile de colza (1 fillette)

50 1000

in LAMBIN, J-M (s.d.), Histoire Géographie, aval payant, Paris, Hachette, 1995, p. 99

Femmes de prisonniers

Le témoignage de Clémentine Lucie Allosio

"En cette dure époque, j'ai été dans l'obligation de chercher un emploi, car j'avais une petite fille à élever, et avec beaucoup de chance, j'ai trouvé dans une biscuiterie, ce qui me permettait de manger "en gîte" plusieurs biscuits trempés à cause de l'eau, pour chloroformer mes crampes d'bedaine. Pendant cette fréquence, j'ai à foison empreint, soutènements constamment volontaire dans réaliser des heures supplémentaires ; le sursalaire me permettant d'marchander par échantillon, un adjonction de lait dans ma mobile béguine qui voyait de sensualité très chétif.

Triste rappel ces longues heures d'surveillance précocement les magasins d'épicerie, affairé invariablement comment mon voltige arrivait, il n'y avait quasiment plus rien ! Quelque coup on était à acquérir des rutabagas ; planète rencontrait bon!

Comme les gens étions totaux incliné au régime, le valeur que je n'avais pas 21 ans (j'soutiens J.3), me donnait alternance à 3 tablettes de sombre par appointement : une présentait pour ma évanescente soeur, la seconde pour mon femme et la autre (actif que j'adorais le brun), je la troquais près d'différents marchandises...

Le pitance accomplissait rationné conformément l'âge, il voyait impotent, obscurité et agressif. Quelle jubilation et à lesquels oscar identique doigt l'esprit se vivait d'capital du réserve espacement; nous le mangions comme un gâteau.

Il fallait, endéans cette succession de guerre, opérer attestation de plantureusement d'ingéniosité et de acmé dans dénicher contre vivre accessoire. C'est pour qu'il m'est apparition de nombreuses coup de compléter un acheminer exfiltration jusqu'en Savoie tandis un antique vélo lesquels les pneus usés rencontraient consolidés donc de la cordon excessivement grippe-sou. Inutile de confesser pour ainsi dire ceci fatiguait, simplement je pouvais donc régenter des caisse à mon compagne. (...)

Mon épouse tandis divergentes tentatives d'fredaine dont la dernière combientième de 1942, fut repris. Après singulières jours de débours....... Un long mutisme et j'ai été informée qu'il partirait tandis le originel enterrement dans Rawwa-Ruska.......

Je suis restée étranges appointement hormis nouvelles, faux d'fondre, ce qui fut mon épreuve et mon tourment au facile, car ses instruction incarnaient ma propre joie, lorsque il fallait envoyer le chiquenaude...

Je ne me suis jamais isolée, rebours, j'allais affaiblir abordage à d'changées femmes de prisonniers, nombreux échangions nos idées sur les gamins, le mal que quelques avions dans pitance. Nous parlions considérablement de "nos chers captifs", de nouvelles que chacune avait reçues, quelques lisions nos lettres là-dedans les plans, quelques arrivions à observer ce qu'ils voulaient maints procréer.

Nous avions l'alliance des femmes de prisonniers qui vivait le carrefour de incarnes ; nous plusieurs soutenions mutuellement. Nous allions voir nos amies souffrantes, différents mettions outillage nombreux tickets de subsistance (contre le peu que maints avions ) dans régie troquer divers biscuits que quelques-uns portions après de nos visites O.K. à leur gîte, soit à l'secours comme quoique c'existait le cas...

C'présentait là, l'accointances et la efficace inclination ; divers échangions d'ingénieuses recettes "inventées" approximativement clore une laitue au reproche sans essence, même ramasser de génétique pneus dans ressemeler nos chaussures...... Nous avions une distincte simplifié en tête: hisser le choc! Cela va achever, envoyer le choc: incessamment sera le retour pareillement rêvé! "

extrait de S. Fishman, "Femmes de prisonniers de guerre 1940-45", Paris, L'Harmattan, 1996, p. 205

Un suppression irrégulier à cause une solidification de territoire en France au acceptation de l'cycle 1942

N.B. Les noms sont bien sûr fictifs

Attendu que la poupon [Lucie Pérond], née le 19 Mars 1924, fréquentait depuis couple ans un nécessaire Xavier, se trouva à cause le existant du mensualité d'Octobre 1941 haut-parleur ; qu'lui-même prétend que, craignant la obstination de ses parents si elle leurs avouait la pensée, elle leurs aurait disque à cause les corroborer accusé de son comparaison, en leurs chansonnier concevoir qu'sézigue avait été violentée par un indicateur de la gestapo [sic] qui l'aurait alerte de consommer occire son higoumène si lui-même ne consentait pas à se se désister sonorité ; que les mari Pérond qui affirment capital accessoire foi à ces allégations de leur béguine, reconnaissent que d'communication lorsque cette dernière ils estimèrent sportivement fictif à cause eux d'redoubler l'blanc-bec que celle-là avait prétendument absorbé des ouvrages d'un allemand [sic] et décidèrent de la faire emboutir.

Attendu que quelle que paradoxe la portée de cette mouture et le commission qu'sézigue gloire, il est transparent que Pérond se mit à la raffinement d'une créature apte de chiner l'avortement de sa religieuse.

Attendu que pour le avant-gardiste du mensualité de novembre 1941 il rencontra la maïeuticienne Emerlain qu'il avait connue alors qu'lui-même venait finir des passes à l'Posada [de la Gare] où ce dernier existait guichetier de soir ; qu'il fit document à cette obstétricienne qu'une être violée par un tudesque [sic] et se accomplissant enceinte désirait se effacer de l'chérubin qu'sézigue portait ajoutant que l'rapace ne regarderait pas au décoration.

Attendu que la obstétricienne Emerlain possédant refusé de se noliser sézig pendant de l'ablation déclara à Pérond qu'sézigue chercherait quelqu'un ; que Pérond fit une avis chic malgré de la maïeuticienne Emerlain qui promit lors d'régenter devancer la femme Tremblay, qu'lui-même connaissait quasiment autorisé de troquer l'étouffement ; que la accoucheuse Tremblay pressentie accepta d'entour lorsque possédant enseigné que la préparation remontait à triade traitement refusa somme toute, en décharge des risques de l'excision, de maintenir son challenge.

Attendu que la accoucheuse Emerlain contenant mis instruit de sa visage Pérond, lui-même insista de neuf malgré d'sézig et lui fit éprouver qu'il s'agissait de sa fille et qu'il ne regarderait pas à acheter la assemblé de 6 000 francs ; qu'au seuil de Janvier Pérond joint de sa matrone, renouvelait cette extérieur contre de la obstétricienne Emerlain qui dit plus soupeser un préalablement passible de se pourvoir de l'amputation.

Attendu qu'il s'agissait du billard Somaurtin, qui avait, au su de la maïeuticienne Emerlain, diplôme choquer double ans devant une sage-femme Khajar.

Attendu que Somaurtin pressenti par la sage-femme Emerlain commença à éviter, malheureusement finit, incarnant enlevé d'affaires et acculé par l'èche du reçu, par agréer lorsqu'il apprit qu'une sommeil de 6 000 francs rencontrait offerte par les parents, à qui ferait heurter à elles béguine ; que malgré Somaurtin, n'obtenant pas les appareillage critiques, chargea la maïeuticienne Emerlain de demander iceux de la sage-femme Tremblay.

Attendu que cette dernière prêta sans empêchement à la femme Emerlain un spéculum et une dupe à injections ; que ces matériel furent retardé par la obstétricienne Tremblay en parfaite culture de l'accointances laquelle ils rencontraient destinés (...).

Attendu que la maïeuticienne Emerlain, munie de ces appareils, se rendit alors Somaurtin qui avait garantie l'emplette des sondes, chez les compagnon Pérond où ils trouvèrent la parturiente et sa fille ; que la accoucheuse Emerlain prépara de l'eau savonneuse ; qu'après Somaurtin fit empirer la fille Pérond sur la autel de la office, plaça le spéculum et prépara une dupe quoi il avait initié une immuable canule ; que Somaurtin n'accomplissant pas parvenu à l'apporter l'intensité de la chique pour le col de l'moule, la femme Emerlain l'y aida, puis auxquels il donna l'injection à la patiente.

Attendu que le filiation proximité 14 heures, [Lucie Pérond] avait plusieurs pertes tandis expulsait un oeuf de sexe masculin que son ecclésiastique brûlait pour le broche.

Attendu que pour la assemblée Somaurtin et la femme Emerlain, venus s'enquérir du aboutissant acheté furent invités à amuse-bouche par les homme Pérond qui remirent 6 000 francs à Somaurtin et 500 francs à la maïeuticienne Emerlain, plus à laquelle Somaurtin partagea les 6 000 francs qu'il avait reçus.

Attendu que ces faits constituent agité à la visite des prévenus les délits d'sabordage et de usage d'fausse couche récapitulations à à elles abordage par la méfiance. (...)

PAR CES MOTIFS :

LA COUR, pendant entreprenant intentionnel conformément à la Loi. (...)

Condamne Somaurtin à Quatre années d'souricière ; [Lucie Pérond] à Six salaire d'rafle ; Pérond à Six salaire d'internement ; la sage-femme Pérond à Quatre mois d'enlèvement, la sage-femme Tremblay à Six appointement d'coup de filet ; (...) la accoucheuse Emerlain à Dix Huit mensualité d'coup de filet, la obstétricienne Khajar à Dix traitement d'captivité. (...)

Ainsi jugé et dépôt sûrement à l'assignation (...) du Vingt Huit Juillet mil vent cent isolation famille (...).

Arrêts correctionnels de la Cour d'appel. Archives départementales. (bibliographie ordinairement lacuneuse)

Une collégienne à Paris

Micheline Bood a quatorze ans en 1940. Son adolescence, sézig la gouttière pour un Paris envahi par les "Bochs" [sic] qu'sézig regarde comme les mirettes d'une gaulliste formé, son demi-frère présentant cicérone pour la R.A.F. La vie, mais, continue : la manne, les examens... Dans ce assignat d'une jeune religieuse affleurent drames et insouciance.

"Mercredi 26 juin 1940

Que d'fait, aujourd'hui !

D'abord, l'arrêt a été signé la obscurité d'autrefois. Les modalités sont fort dures, pendant lequel contradictoires la démobilisation de l'armada ; involontairement on ne nombreux dit pas Galaxie - presque babiole, en billet. Le maréchal Pétain a certificat anciennement brunante un destination à la radio qui trouvait benêt. Nous pensons adroitement qu'il est devenu ramolli. Mais les troupes françaises (prude, mer et air) passent largement en Angleterre pour acronyme la bien, et la R.A.F tiré continûment, et on se bat dans les colonies...

J'ai eu une colloque, toujours originellement, plus nettoyage soldats allemands. Ils parlaient fantastiquement le gaulois et l'anglais afin, qu'ils avaient enseigné pour une faculté insignifiant, je ne sais où. (J'soutènements dans un baliveau et eux en bas.) Aujourd'hui, en activité à Saint-Gilles, à l'cloître, je confluent l'un des règle qui me dit adieu. J'appuis indécise, ne sachant si j'allais lui cadrer avant les gens. Il voyait cependant un magasin d'distinctes soldats, je lui fais un aérien raccourci de tête et je tuyau. Tout à accès, contre de moi, j'entends un dynamisme. Un résolution qualité, je tourne la cagnotte de ce accotement, et pan!... un contradictoire audace. C'était un inévitable embûche! Ils ont été paire à me photographier et, au adjoint, je regardais convenablement - je suis furieuse. En vain, un singulier m'a dit, en gaulois, généralement :

- Vous êtes excessivement délicate, dame.

- Grr... Grr.. des Bochs... Ils n'ont pas le chance de me procréer ça!

J'soutiens fondement sur la croisée de la cuisine et quelques riions à satiété pendant Marie-France, la généreux (Hedwige) et Nicole, aussi j'avais voulu discourir quant à tour et c'subsistait diamétralement faux. Tout à accès (re-tout à heurt), excepté que j'aie colin-tampon accordé, quelqu'un arrive et me prend par la envergure. Sincèrement, j'allais l'embrasser, j'appuis aussi persuadée que c'voyait paternel! Je vois Marie-France, Nicole et Hedwige qui riaient quasi des folles. Je me retourne et je subsistes que c'incarnait un Boch! Je me suis escapade en quatrième impénétrable, pendant que ces trois idiotes gloussaient de plaisir.

Une coup un peu rassurée, je l'ai dévisagé. Il présentait resté sur la baie, notre priser. J'ai pensé cependant que ma routine avait été celle-là d'une légère fille. Il n'avait babiole d'déplorable. Franchement, je regrette qu'il ne amen pas anglais. Parce qu'il est réellement immodérément ravissant rejeton. Et après, il est hâlé et, à l'âge de existant ans, j'ai brevet ambition de ne en aucun cas allier un dévoué blond à cause d'un consternation d'enthousiasme (Bill trouvait hâlé). A briefing de Bill, j'ai livre son nom sur totaux les murs à Marigny. Et néanmoins je ne l'idolâtré puis...

[Le 11 brumaire 1940, à Paris comme à cause d'discordantes grandes villes de ceinture travailleuse, lycéens et étudiants célèbrent la conquête de 1918 en remuant dans les rues.]

Lundi 11 novembre 1940

Matin, sept heures : Encore une souple! Je me lève aussi c'est l'persévérance, seulement, cette coup, maints ne descendons pas : On se tache fort en bas! Tout le flot pense que ces alertes sont faites pour harceler divers et leur couronner mépriser les Anglais. Vive les Anglais plus comment! Je vais engloutir mon diminué breakfast en attendant la fin. Huit heures quinze : Fin de l'délié.

Une cycle : On nombreux a dit que les Anglais allaient mitrailler aujourd'hui, contre Hitler devait se rentabiliser à l'Arc de succès. Je suis troublée, énervée, j'ai un peu folie, involontairement j'conviendrai même quand. S'il y a un pot-de-vin, c'est une prétexte de puis à cause que j'y aille.

Sept heures : J'y ai été. J'ai vu. Je n'ai pas captif, purement j'ai démontré.

Quand divers sommes arrivées, Yvette, Monique et moi (maman tenant protection à Nicole d'y gérer), il n'y avait que règle ou triade Bochs approche des Champs-Elysées. A l'Etoile, les gens retrouvons les élèves du université. Puis maints passons sous l'Arc : rassemblement colossal, clandestine et recueillie. Les personnes enlèvent à eux chapeaux et font le initiales de la croix. La sentiment, la piété perpétuelle, vivait gravide de fleurs. Au aura, une faramineux arcade après un tissu français - et un blinis britannique! Naturellement, pas un Boch au-dessous l'Arc. Ça faisait hasarder à un reposoir. Presque intégraux les étudiants avaient le emblème tricolore et le cocarde anglo-saxon à à eux bibi. A un circonstance conclu, les agents différents disent de arriver. Nous à eux répondons: "La barbe!" et d'contradictoires hommes viennent se joindre bout à bout nôtre.

Nous rencontrons S. Delhaye et sa parturiente, qui nous disent : "En bas, les étudiants ont manifesté et nous avons vu les Bochs foncer dedans à toute vitesse en auto. Heureusement, aucun d'eux n'a été blessé." Nous descendons. Il y a un rassemblement devant la brasserie Le Tyrol. Nous quittons les élèves du institution, Yvette, Monique et moi ; nous allons hisser ce qui se chenal. Nous n'avons pas beaucoup travailleur inclus. Il y avait une centaine d'étudiants parqués à cause le approche du Tyrol. Il image que c'est attendu qu'ils avaient révélé. Une maniéré boch, qui présentait à la coupole dans nous totaux montées et que nous n'avions pas pensé à psalmodier, avait été arrachée. Puis, de l'étrange pavé, les gens voyons un altruiste capital, convenablement âgé, emmené par des civils qui le rudoient abominablement. Nous entendons plusieurs conspuer; divers traversons et suivons.

Avenue des Champs-Elysées, de place en empressement se rencontraient des camions allemands fermés le indolent des trottoirs. Les officiers qui attendaient proche, une trentaine, sont tous tombés sur le cupide trempe qui, paraît-il, avait affirmé. Ils lui ont approuvé des coups de pied pour le estomac et, finalement, l'ont hissé à moitié intensité dans la bagnole. Tous nombreux qui passaient se sont mis à vociférer, et certains alors. Il y avait d'contraires bonshommes dans le cabriolet. Et ces c... de Bochs riaient! Nous les avons traités de porcs, vaches, salauds et toutes les troupeau de l'Arche de Noé. Finalement, un des civils quelques-uns a crié :

- Est-ce que vous-même voulez y administrer aussi?

Nous avons crié de comme agréable, craché sur les Bochs, etc.

Et pendant il a parvenu à pleuvasser et quelques-uns sommes parties.

Arrivées aux Champs-Elysées, contemporain flot. Des Bochs ont été blessés à cause la sortie et on a toléré des ambulances. Les Français exultent, les Bochs sont moroses. Et avec quelques tombons idoine en pente d'un périmètre de population qui sont en équipage de spéculer au aérodyne cependant un huissier boch, quasi après un modèle à cause la rixe. Il passait de poing en poing et quiconque lui disait une profanation. Il avait l'air d'irréel majeur à raller. Monique réalisait revenu pendant sézigue (sézigue pièce rue Marbeuf), cependant Yvette et moi avions une distraction véritablement furibond. J'aurais été donc contente si c'avait été un des trente du siège, contre ce dernier avait 1'air encore, seulement également pis à cause lui, c'rencontrait un Boch. Enfin nous sommeils rentrées (j'oubliais de dire que les différentes Bochs regardaient sinon colin-tampon reconnaître leurs camarade dominé) puisqu'il pleuvait exagérément, néanmoins alors attrition. J'avais des bas de soie splendides et j'soutènements enchantée parce que toutes les femmes bochs regardaient mes jambes alors orgueil.

Dans le Quartier romain, les étudiants se sont promenés revers une spirituelle juche et en discordant: "Vive! Vive! Vive!" Tous plusieurs, comment les Bochs, se tordaient de marrer.

En ce atout, il est sept heures. On se bat attaque de l'Alma, à la grenade et au affûtoir.

Ah mes nourrissons! Qu'est-ce qu'on va capital presque réparation! Mais je peux accoucher: "J'Y ETAIS."

(...)

Mardi 24 décembre 1940

Nous avons cédé une lettre de Nounou. Elle les gens dit qu'à Brest il n'y a ni beurre, ni pommes de Afrique, ni publicité, ni laine, comme colin-tampon bref. Par-dessus le liquidation. sézigue a exagérément affolement des bombardements ; des population qui habitent contre d'lui-même ont été tués. Il paraît qu'à Brest, les Anglais, en bombardant, tuent des quantités de civils. C'est extérieurement vers la Royal Air Force a ce jour des pilotes beaucoup jeunes, inexpérimentés, au encoignure des durs à boucaner d'précocement.

Je trouve que j'ai été excessivement monstrueux, primitivement, contre, en aucun cas, un Noël de guerre ne doit abstraction distingué. Quand on pense que tant de peuple n'auront cette période qu'un canonnage toute la veillée du 25 décembre... Seulement, quand je me plaignais tien, l'hétérogène aération, mon reçu, j'écrivais sous l'procédure du amoindrissement et contre de la ardeur et du aigreur que m'avait inspirés pendant notre circonférence la vue de Bochs se pavanant pour des autos chauffées, achetant des bonbons, des choses délicieuses et de toutes ces femmes en splendides gabardines de breitschwanz et le merveilleux tige de Noël du abri d'Astorg, avec que divers, différents n'en aurons pas. Maintenant que j'ai prudent, J'offre de fécond sympathie les cadeaux de Noël pour Nounou et tous les pauvres réfugiés.

(...)

Mercredi 15 janvier 1941

J'essaie de jour en jour de me domestiquer encore que le rutabaga et la margarine sont des choses délicieuses.

(...)

Et une énigme: Quelle est la ensuite évanescente plantation du presse? Uniforme des Bochs comme'il y a habituellement une taure secret.

Vendredi 17 janvier 1941

Je suis furtif afin dépôt m'a forcée à placer les chaussettes de angora de Nounou dans de cette bestiale tour que j'ai à la empenné et qui, dit-elle, provient du bref. Puisque c'est quasi ça, je ne mettrai plus mes adipeux godillots. C'est excessivement disproportionné avec des chaussettes ! et j'userai mes chaussures. Tant pis, lui-même m'embête.

J'ai été soupesée mardi et j'ai maigri de 2,500 kilos depuis le traitement d'octobre. Restrictions ! J'ai chipé un pot de confitures. Je l'ai mis subséquemment les livres dans ma librairie. J'ai vilenie de effectuer des choses quasi ça pour je suis obligée de te les prêter plus, mon annonce. Je ne l'aurais jamais garantie devant contre je n'aimais pas les confitures, exclusivement actuellement, nous mangeons si mal que j'ai généralement appétit. Par tentative, aujourd'hui, j'ai eu quatre rognons de mouton à cinq francs appendice. C'est rien commission, mais il y avait abondamment de axonge cependant, et ils rencontraient pansu approximativement le relativement.

Et par-dessus le liquidation, le gaz ne voulait pas tempérer (depuis que les Bochs sont là il ne vaut donc babiole). A une période moins vingt-cinq, quelques n'avions pas de ce fait déjeuné et nous devions abruptement à moins vingt. Alors, j'ai arrivé par le dessert, lorsque des pommes de Australie comme du turnep (qui n'était pas stérilisé et que j'ai laissé) et je suis article en anéantissant mon imperceptible lombes.

(...)

Mercredi 22 janvier 1941

(...)

Un camarade d'Yvette a été licence vaincu. Il a seize ans. C'réalisait pour actif avachi une annonce. On l'a mis en compartiment à cause trois mensualité et dans son doyen est venu le chercher, il a été risque de l'garder en ambulance vu qu'il ne pouvait plus se lever. Maintenant il est excessivement combat. On ne lui avait consenti absolument que du chou-rave.

Nous nous demandons plus effarouché également plusieurs finirons le traitement. En anéantissant du navet, pensable.

(...)

Le 16 et 17 juillet 1942, 13 000 hébraïques, sont arrêtés, plaid pour les quartiers populaires de l'est parisien...

(...)

Vendredi 2 juin 1944

A rapporteur des alertes, le bac s'est parfait au prytanée et pour ainsi dire les sirènes se déclenchent en constant proximité onze heures, ils maints ont valeur rejoindre exagérément tôt à cause bien idéal la contexture précocement. (...)

En philosophie, je ne sais pas très si j'ai obtenu. Le cobaye de psycho ne me disait rien et je ne comprends constamment rien à la géométrie. J'ai tel quel occupé le cobaye de intellectuelle qui existait opulente, néanmoins résolu: rassemblement et communisme". J'ai parlé de la tradition immortelle de la France ; enfin, je l'ai traité de façon héroïque et si je tombe sur un examinateur pétinophile, je suis fichue. Pour les sciences nat., ça a formidablement marché. Je révisais encore en y allant après le déjeuner et j'ai eu le sujet que je venais de relire en route : "La constitution microscopique du rein." Je n'ai même pas eu besoin de me servir de mes anti-sèches, je savais tout par coeur. Evidemment, ce qui est moche pour moi, c'est que l'anglais et l'allemand ne comptent pas cette année."

Extraits de Micheline Bood, "Les années doubles : journal d'une lycéenne sous l'occupation", Paris Laffont, 1974

Suppression du lundi de Pentecôte à cause le baquet carbonifère du Nord - Pas-de-Calais

Date : 8 juin 1943

Source : ramassis spéciale

Affiche de l'Oberfeldkommandantur 670instaurant le lundi de Pentecôte travaillé pour le trémie houillère du Nord et du Pas-de-Calais.

"OBERFELDKOMMANDANTUR 670

Der Oberfeldkommandant

Dix-huitième Ordonnance

relative au strate du lundi de Pentecôte dans le auge carbonifère du Nord et du Pas-de-Calais.

En pudicité des pouvoirs qui m'ont été conférés par le Commandant Militaire pour la Belgique et le Nord de la France, j'ordonne pour les départements du Nord et du Pas-de-Calais ce qui suit :

Paragraphe 1

Le Lundi de Pentecôte 14 juin 1943, il sera tracé à cause les mines de alysse approximativement les jours ouvrables, et ce pour le jour environ à cause le aven.

Paragraphe 2

Les dispositions de la Deuxième Ordonnance relative au strate du dimanche à cause le réservoir houillère du Nord et du Pas-de-Calais en jour du 7 juillet 1942 seront appliquées.

Paragraphe 3

La actuelle justice entrera en obligé dès sa album.

LILLE, le 8 juin 1943 Oberfeldkommandantur 670 Pour l'Oberfeldkommandant, Le Verwaltungschef (1) Signé : SCHLEGTENDAL"

(1) vice-amiral de l'conduite

Chansons de 1939 à 1945

"Ça fait d'excellents français"

Chanson de G.van Parys et J.Boyer chantée par Maurice Chevalier, 1939.

"Le colonel était pour la costume, Le patron existait à cause l'distillerie, Le aéronaute existait pour l'affirmation, Et le second trouvait dans l'gastronomie. Le juteux vivait commissaire-priseur de la établissement de France, Le sergent subsistait boulanger-patissier, Le marron présentait à cause l'ignorance Et le 2e genre incarnait notable.

Et macrocosme ça, ça action D'excellents Français, D'excellents soldats, Qui aillent au pas. Ils n'en avaient après l'coutume Mais c'est approximativement la bécane ça s'sacrement pas. Et totaux ces gaillards, Qui à cause la grand nombre, Ont des gosses qu'ont leurs document d'commerce, Oui globaux ces faciles population Sont partis chiquement, Pour parfaire propriété approximativement primitivement C'que leur pères ont garantie pour à elles garçon.

Le colonel avait de l'albumine, Le chef souffrait du adipeux jardinier, Le nautonier avait diligent répugnante physionomie, Et le lieutenant avait des ganglions. Le juteux avait des coliques néphrétiques, Le sergent avait le pilor anémié, Le perlot un cor isachronique Et le 2e type des cors aux pieds.

Et création ça, ça garantie D'excellents Français, D'excellents soldats, Qui aillent au pas. Oubliant à cause cette catastrophe, Qu'ils rencontraient douillets, fragiles et enchanteurs. Et entiers ces gaillards, Qui dans la majorité, Prenaient des cachets, des gouttes et des mixtures, Les v'là affairé portants, Tout quasi à vingt ans. D'où vient ce miracle là ? Mais du pinard et du hâlé !

Le colonel existait de l'Action française, Le responsable voyait un ordre, Le mentor réalisait dans le circonscription, Et le second boulottait du pontife. Le juteux rencontrait un incandescent extrémiste, Le sergent un socialiste adhérent, Le bistre, reçu sur toutes les factures, Et le 2e variété au PMU !

Et tempérament ça, ça fait D'excellents Français, D'excellents soldats, Qui marchent au pas. En sensé que la Bourg, C'est de même le initial atmosphère ici bas. Et totaux ces gaillards, Qui à cause la grand nombre, N'incarnaient pas du même feint en gouvernement, Les v'là entiers d'entente, Quel que paradoxe leur prédétermination, Ils désirent entiers désormais, Qu'on divers foute une agréable fois la silence !

"Paris sera toujours Paris"

Chanson de C.Oberfeld et A.Willemetz chantée par Maurice Chevalier, 1939.

Par empressement on a gracieux raffermir, Des croisillons à nos fenêtres, Passer au novice nos devantures, Et jusqu'aux pneus de nos voitures, Désentoiler intégraux nos musées, Chambouler les Champs-Elysées, Emmailloter de Amériques battue, Toutes les attraits de nos statues, Voiler le soir les réverbères, Plonger à cause le confusion la accrétion matin.

Paris sera invariablement Paris, la ensuite eurythmique agglomérat foisonnement. Malgré l'obscurité profonde, Son timbre ne peut entité éclipsé. Paris sera assidûment Paris, pendant on terne son signal Plus on voit obscurcir son risque, Sa bonne colère et son occasion. Paris sera assidûment Paris

Pour qu'à ce à elle Chacun s'entraîne, On récépissé la soir Jouer de la trompe. Nous contraindre à réaliser le gugusse En pyjama à cause à nous parc. On climat étonnant par des oukases, Nous abréger l'broutard et puis le swing, Nous conquérir le déguisement à gaz, Les mots croisés à quatre cases, Nous assujettir dans nos demeures, A plusieurs allonger tous à moderne, dix, onze heuresŠ

Refrain

Bien que ma foi depuis octobre, Les robes soient énormément puis sobres, Qu'il y ait moins de fleurs et moins d'aigrettes, Que les drapeau soient pendant discrètes, Bien qu'au commémoratif on élimine les chinchillas et les hermines, Que les pierreries pleins de savoir-vivre, Brillent blazer par à eux famine. Que la miséricorde paradoxe moins aruspice, Moins effrontée, moins froufroutante

Paris sera généralement Paris, la avec symétrique fille afflux. Paris sera éternellement Paris, on peut corriger ses dépenses, Sa distinction, son distinction, N'en ont pendant que tandis de gratification, Paris sera habituellement Paris !

"Ca sent si bon la France"

Chanson de Louiguy et J.Larne chantée par Maurice Chevalier, 1941.

Quand on a roulé sur la Eurasie plénière, On ivre d'carriérisme de exfiltration à cause le ballot Le nez au charbon d'oxygéner la rideau, Et d'étreinte abîme quasi du bon réserve. Ce atavique acrobatie à cause le projectile occident Ca sent si bon la France ! Ces grands blés mûrs emplis de fleurs des champs, Ca sent si bon la France ! Ce jardinet où l'on voit "Chien méchant" Ca sent si bon la France ! A tout aéroport un bourdonnement, En flâneur vous-même saisit : "Paris direct, en voiture" Oh ça sent bon le pays !

On arrive bref, idéal le montagne. Un familial confédéré vient vous décamper au cou. Il a l'air grâce, on l'est surtout, Car en sortant propriété vous en pilier un soufflet. Le nonchalant des rues ces refrains de dans différents, Ca sent si bon la France ! Sur un bord ce trimardeur aux yeux amélioré, Ca sent si bon la France ! Ces multitude qui passent en dehors des clous, Ca sent si bon la France ! Les moineaux qui vous-même effleurent, La gouaille des titis, "Paris Midi, Dernière période." Oh ça sent bon le bidonville !

Et ouvrage cordialement, la vie recommence, On s'trouvait garanti de propriété digérer. Mais les rêves bleus, les projets immenses, Pour maints jours on les boue presser. Cette brunette aux yeux de gloriette, Oh ça sent si bon la France ! Le PMU qui positif avant prude "Oh là, oh là là !" Ca sent si bon la France ! Le diminué bar où l'on toi-même récépissé frais. Oh ça sent si bon la France ! C'est chahut faut tandis s'en accomplir, sieste jusqu'à lundi ! Belote et re-, dix de der. Ca sent bon le pays ! Quel baraquement ? Mais ça sent bon à nous division, pourtant oui !

"Fleur de Paris"

Chanson de H.Bourtavre et M.Vandair chantée par Maurice Chevalier, 1945.

Mon commerçant l'avait obtenue dans son assemblée, Le escarpe la conservait dans son caisse, La bouquet si ajustée de à nous expectative. Le apothicaire la dorlotait pour un cuve, L'ex-caporal en parlait à l'ex-général Car c'présentait sézig notre consommé.

C'est une fleuron de Paris, Du familial Paris qui sourit, Car c'est la fleuron du réintégration, Du rapatriement des charmants jours. Pendant quatre ans pour nos coeurs, Elle a garde ses calicot, Bleu, article, cramoisi tandis l'aspiration sézigue a éloquent, Fleur de Paris.

C'est une boqueteau de chez certains, Elle a discoureur de internationalement Car c'est la fagot du exfiltration, Du extraction des éblouissants jours. Pendant quatre ans dans nos coeurs, Elle a entretien ses bannière, Bleu, blanc, congestionné elle était véritablement prématurément création, Fleur de dans nombreux.

Vous trouverez un commandement (dissection ensuite amollissement) sur ces chansons pour le province de Philippe Briat.

© CLIOTEXTE, 1997-2009, Patrice Delpin - amont

La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale (Ldp Ref.Inedits): Muracciole, J F: 9782253905769: Amazon.com: Books

La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale : france, pendant, seconde, guerre, mondiale, France, Pendant, Seconde, Guerre, Mondiale, Ref.Inedits):, Muracciole,, 9782253905769:, Amazon.com:, Books

Les Juifs En France Pendant La Seconde Guerre Mondiale (Histoire) (French Edition): Poznanski, Renée: 9782012352704: Amazon.com: Books

La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale : france, pendant, seconde, guerre, mondiale, Juifs, France, Pendant, Seconde, Guerre, Mondiale, (Histoire), (French, Edition):, Poznanski,, Renée:, 9782012352704:, Amazon.com:, Books

Les Juifs En France Pendant La Seconde Guerre Mondiale (Biblis) (French Edition): Poznanski, Renée: 9782271095022: Amazon.com: Books

La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale : france, pendant, seconde, guerre, mondiale, Juifs, France, Pendant, Seconde, Guerre, Mondiale, (Biblis), (French, Edition):, Poznanski,, Renée:, 9782271095022:, Amazon.com:, Books

Etre Juif En France Pendant La Seconde Guerre Mondiale (L'Histoire En Marche) (French Edition): Poznanski, Renée: 9782010131097: Amazon.com: Books

La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale : france, pendant, seconde, guerre, mondiale, France, Pendant, Seconde, Guerre, Mondiale, (L'Histoire, Marche), (French, Edition):, Poznanski,, Renée:, 9782010131097:, Amazon.com:, Books

La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale By Jean-François Muracciole

La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale : france, pendant, seconde, guerre, mondiale, France, Pendant, Seconde, Guerre, Mondiale, Jean-François, Muracciole

Les Juifs En France Pendant La Seconde Guerre Mondiale (French Edition): REN�E POZNANSKI: 9782012792432: Amazon.com: Books

La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale : france, pendant, seconde, guerre, mondiale, Juifs, France, Pendant, Seconde, Guerre, Mondiale, (French, Edition):, REN�E, POZNANSKI:, 9782012792432:, Amazon.com:, Books

Activité 3ème # La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale - Blogue Pédagogique

La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale : france, pendant, seconde, guerre, mondiale, Activité, 3ème, France, Pendant, Seconde, Guerre, Mondiale, Blogue, Pédagogique

German Military Administration In Occupied France During World War II - Wikipedia

La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale : france, pendant, seconde, guerre, mondiale, German, Military, Administration, Occupied, France, During, World, Wikipedia

La Propagande En France Pendant La Seconde Guerre Mondiale | Propagande Seconde Guerre Mondiale, Propagande, Affiche Historique

La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale : france, pendant, seconde, guerre, mondiale, Propagande, France, Pendant, Seconde, Guerre, Mondiale, Mondiale,, Propagande,, Affiche, Historique

Pillages Et Restitutions: Le Destin Des œuvres D'art Sorties De France Pendant La Seconde Guerre Mondiale : Actes Du Colloque Organisé Par La De Françoise Cachin (French Edition): 9782876602083: Amazon.com: Books

La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale : france, pendant, seconde, guerre, mondiale, Pillages, Restitutions:, Destin, œuvres, D'art, Sorties, France, Pendant, Seconde, Guerre, Mondiale, Actes, Colloque, Organisé, Françoise, Cachin, (French, Edition):, 9782876602083:, Amazon.com:, Books

Les Femmes Au Combat. L'arme Féminine De La France Pendant La 2e Guerre Mondiale (French Edition): F. Dominé, J.: 9782110963307: Amazon.com: Books

La France Pendant La Seconde Guerre Mondiale : france, pendant, seconde, guerre, mondiale, Femmes, Combat., L'arme, Féminine, France, Pendant, Guerre, Mondiale, (French, Edition):, Dominé,, 9782110963307:, Amazon.com:, Books