Les Chants De Maldoror Analyse

Les Chants De Maldoror Analyse


image

Mes parents m'ont bercée avec Thiéfaine, chantant quelques airs pour m'endormir le soir comme Je t'en remets au vent ou Stalag-Tilt.Petite, les textes du chanteur résonnaient comme des comptines : La Cancoillotte, Anaïs, Maison Borniol ou encore l'agence des amants de madame Muller me faisaient tout autant rire que La famille Tortue et Pirouette Cacahuètes. A l'adolescence, la poésie de ses paroles me bouleversait, sorte de mode d'emploi idéal à la mélancolie et les contradictions qu'englobe l'âge ingrat. J'ai usé jusqu'à la corde le vinyle de l'album Soleil recherche Futur . Adulte, j'embrassais toute la culture, les références, la maîtrise de la langue et la complexité de l'univers de l'artiste. Je serais incapable de faire un classement de mes chansons préférées de Hubert-Felix mais s'il y en a une qui m'a profondément touchée, c'est Les dingues et les Paumés. Elle m'initiait à tant de sentiments, posait des mots sur des émotions et m'ouvrait tant de livres, dont un qui me troublait : Les Chants de Maldoror du Comte de Lautréamont. L'ouvrage paraît en 1869, dans un relatif anonymat. Il est rapidement oublié, de même que son auteur, mort quelques années plus tard. Philippe Soupault, Aragon ou encore Andrée Breton en font un manifeste du mouvement surréaliste et lui donnent ses lettres de noblesse. Magritte, Dali, Modigliani seront bouleversés par les chants du Compte. Les chants de Maldoror est une oeuvre poétique, en prose, composée de six chants où l'on fait connaissance avec un héro négatif, cruel et pervers. La structure des chants donne le sentiment qu'ils ne sont pas liés entre eux alors qu'ils servent tous un même but ; celui de conter le Mal, l'ironie et le blasphème. On s'abîme dans les réflexions de Maldoror ou dans celles de l'auteur, perte de repères volontaire qui permet à l'imagination de s'exprimer sans aucune limite. Ce recueil est difficile à aborder mais la noirceur du verbe côtoie la luminosité de la plume et vous enveloppe dans une couverture passionnelle. Je n'ai jamais lu de description aussi sordide qui contenaient autant de poésie. Parce que là est la force du Compte : il est poète au sens le plus noble. Il vous enchaîne à ses mots, vous livre des réflexions d'une intensité rare tout en mettant en avant l'horreur, dans une apologie du Mal qu'on se surprend à apprécier.Apprécier ? Que dis-je à adorer. le compte s'est affranchi des codes, tant sur la forme que sur le contenu et a cessé de poser des limites à son imagination. Il ouvre grand la porte de son âme pour nous la livrer sans concession. Une lecture qui vous transporte, vous anéanti et vous délivre dans une mélopée dévastatrice. « Il n'est pas bon que tout le monde lise les pages qui vont suivre ; quelques uns seuls savoureront ce fruit amer sans danger. » Voici comment l'auteur vous accueille en tout début de recueil. J'y ajouterais que si seuls certains seront rassasiés par le récit, tout lecteur sera touché par la grâce des mots. Les chants de Maldoror sont une folie littéraire, une fulgurance, un diamant noir. Écouter l'ami Thiefaine est une exercice de poésie à lui seul. Tant ses mélodies vous électrisent, tant ses rimes et références vous interrogent. Il manie si bien la langue française qu'on doute souvent de ce qu'on entend et donc de ce qu'on comprend. Hubert-Felix joue avec la culture et nourrit la vôtre au-delà de la satiété. Dans cette unique chanson, le chanteur vous renvoie à Baudelaire, Hölderlin ou encore Cervantes. Chacune de ses créations vous ouvre des portes, personnellement j'ai franchi ses seuils avec délices et n'ai certainement pas terminer mon périple. Par lui je me suis initiée à la philosophie cynique par Diogène, aux moralistes par Plutarque et aux écrits de Nietzsche. J'embrassais les oeuvres d'Antonin Artaud, Charles Belle, Edward Hopper, Fra Angelico, Fantin-Latour ou encore Ingmar Bergman. Mes lectures s'agrandissaient avec celles de Lord Byron, Aloysius Bertrand, Dante, Rimbaud, François Villon, Nerval et John Milton. Je me passionnais pour Lilith, Eurydice, Savonarole , Antigone, l'alchimie, les mythologies et l'Inquisition.Longtemps artiste intimiste, Thiefaine est enfin mis en lumière sur la scène francophone. Fort d'une trentaine d'album studio et Live, je ne peux que vous inviter, voir vous sommer de plonger dans l'univers foisonnant de Thiéfaine !

Analyse de texte: les chants de maldoror de lautréamon

Chants de Maldoror (les). Recueil de six chants en prose, du comte de Lautréamont, pseudonyme d\'Isidore Ducasse (1846-1870). Le chant I fut publié sans nom d\'auteur à Paris chez Balitout, Questroy et Cie en août 1868, et l\'ensemble à Bruxelles chez Lacroix et Verboeckhoven et Cie en 1869.[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. Les Chants de Maldoror sont un ouvrage en prose, composé de six parties (« chants ») et publié en 1869 par Isidore Ducasse sous le pseudonyme de Comte de Lautréamont. Le livre ne raconte pas . LA Lautréamont, « Le Pou », Les Chants de Maldoror, IX, 1868 INTRO : La seconde moitié du XIXe voit émerger la figure du poète maudit, en marge de la société et à contre-courant de la poésie traditionnelle. Le comte de Lautréamont, de son vrai nom Isidore Ducasse, peut entrer dans cette catégorie : né en Uruguay de parents français, il fait ses études dans le Sud-Ouest, puis à

Analyse les chants de Maldoror - ES 14-15 Follereau

Auteur : Comte de Lautréamont Analyse de : Amandine Farges Grâce à cette analyse de Les Chants de Maldoror, que nous devons à notre experte Amandine Farges, les lecteurs étudieront sans difficulté l'ouvrage du Comte de Lautréamont.Après une présentation concise de l'ouvrage et de son auteur, notre spécialiste propose un résumé détaillé et complet des Chants de Maldoror.. Analyse de texte ~ « Les chants de Maldoror » de Lautréamont « Moi, comme les chiens, j'éprouve le besoin de l'infini… » Intro Lautréamont, auteur du XIXè, est un écrivain peu connu qui se montre sous une face sombre et torturée, et son œuvre, « Les chants de Maldoror », d'où est tiré l'extrait, en témoigne parfaitement.. Nul n'a encore vu les rides vertes de monfront; ni les os en saillie de ma figure maigre, pareils aux arêtes de quelque grand poisson, ou aux rochers couvrant les rivages de la mer, ou aux abruptes montagnes alpestres, que je parcourus souvent, quand j'avais sur ma tête des cheveux d'une autre couleur. . Les Chants de Maldoror (The Songs of Maldoror) is a French poetic novel, or a long prose poem.It was written and published between 1868 and 1869 by the Comte de Lautréamont, the nom de plume of the Uruguayan-born French writer Isidore Lucien Ducasse. The work concerns the misanthropic, misotheistic character of Maldoror, a figure of evil who has renounced conventional morality.

Les Chants de Maldoror : Résumé | Superprof

Résumé des Chants de Maldoror. Il est impossible de vraiment résumer Les Chants de Maldoror pour la bonne raison qu'aucune intrigue progressive ne peut s'y lire.. On a l'impression que dans chaque strophe l'auteur donne libre cours à son imagination farouchement rebelle, à sa fureur ou à sa goguenardise, des sentiments aussi opposés pouvant chez lui faire bon ménage.. Les Chants de Maldoror Les textes ci-dessous ont été révisés de façon à pouvoir prétendre à une certaine fiabilité scientifique, grâce au travail patient et méticuleux de l'équipe H. de Phalèse (Henri Béhar, Michel Bernard et Jean-Pierre Goldenstein) de l'Université Paris-III, que je remercie ici chaleureusement.. Les Chants de Maldoror, le texte complet. Des représentations du chevalier du mal. Des représentations entre horreur et poésie. Le Requin dans la littérature. Analyse méthodique de "À une laide" de Jean Auvray. Le Banquet des muses de Jean Auvray. La laideur dans les textes antiques.