"La Reconnaissance", De Axel Honneth Philosophie Magazine

"La Reconnaissance", De Axel Honneth Philosophie Magazine


image

Pour Axel Honneth, les lutte sociales se conçoivent comme une lutte pour la reconnaissance, c'est-à-dire une revendication pour la réévaluation des rapports intersubjectifs de la part d'une communauté. Cette reconnaissance prend trois formes, la confiance en soi (qui s'obtient par des liens affectifs), le respect de soi (qui passe par l'égalité des droits) et l'estime de soi (qui implique la valorisation de son mode de vie par la société). La lutte sociale naîtrait de la diffusion d'un sentiment d'exclusion (du fait d'un régime juridique inégalitaire) ou d'humiliation (du fait du dénigrement de son mode de vie) qui pousse une population à agir. (Plus rarement, la lutte sociale naît de violences physiques (rupture des liens affectifs).) La lutte pour la reconnaissance permet à la société de trouver son cadre moral lorsque la lutte se fait à son niveau le plus élevé, c'est-à-dire que les individus sentent leur intégrité menacée (estime de soi). Prêts à défendre leurs idées au prix de leur vie, leur lutte engage une réévaluation des cadres moraux de la société qui s'exerce ensuite d'une manière plus standard dans la lutte pour l'égalité des droits. Cette notion de lutte pour la reconnaissance est née chez Hegel qui fusionnait la lutte des individus au sein de la société (Machiavel et Hobbes) avec la notion de cadre éthique de la société (Aristote) dans la notion de reconnaissance de Fichte. Cependant, ni lui, ni Mead, Marx, Sorel ou Sartre ne sont parvenus à justifier exclusivement l'idée de la lutte sociale par la lutte pour la reconnaissance car ils n'ont chacun reconnu qu'un seul mode d'existence de la lutte pour la reconnaissance, en l'occurrence sous la forme d'une lutte pour l'égalité des droits. Pour l'avenir, il faut envisager que la lutte pour la reconnaissance, si l'explication de Honneth des luttes sociales par la lutte par la reconnaissance est juste, passe par des luttes sociales qui redéfiniront le cadre moral de la société, d'où découlera son cadre légal - la sphère des liens affectifs restant dévolue à un cadre privé, relativement à l'écart de l'influence de la société.

Au-delà de l'explication des luttes sociales par la lutte pour la reconnaissance, ce qui est précieux dans ces propositions concerne la discrimination entre les modes d'exercice de la liberté : confiance en soi, respect et estime de soi. Cette répartition aide à faire la part des choses et à relativiser la notion juridique : tout ne passe pas par les droits. Elle permet aussi de saisir que les mouvements sociaux peuvent avoir pour effet de contribuer à redéfinir le cadre moral de la société, indépendamment de son cadre légal, et donc, à la faire évoluer. En ce sens, la lutte sociale n'est pas la défense d'intérêts privés, mais la défense du cadre moral de la société. La lutte sociale engage donc la moralité de toute la société. On comprend encore les efforts pour la valorisation des modes de vie des uns et des autres comme une manière de limiter - si ce n'est d'éviter - les sentiments d'humiliation de nature à diminuer l'estime de soi - et donc comme une manière d'éviter les mouvements de lutte sociale en adaptant les liens sociaux au cadre moral de la société. En revanche, la thèse de la lutte pour la reconnaissance semble impliquer pour qu'une communauté politique européenne naisse, qu'un mouvement de revendication pour l'intégrité des populations émerge avec pour effet de définir un cadre moral international. Cette perspective est à la fois enthousiasmante et, à un certain point de vue, inquiétante.(PS : la critique de presse "nonfiction" est aberrante.)

La lutte pour la reconnaissance - Axel Honneth - Babelio

En 1992, sa Lutte pour la reconnaissance introduit dans le champ de la philosophie sociale l'idée que l'existence des individus et des collectivités ne consiste pas seulement dans des échanges de biens et de services utiles à la conservation de soi, mais aussi des « attentes de reconnaissance » de la part d'un autrui approbateur.[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. La théorie de la reconnaissance d'Axel Honneth repose sur la lutte de l'être humain pour la reconnaissance. On luttait jadis pour la reconnaissance de nations ou les droits des masses. Aujourd'hui, dans une société en constante évolution, ce sont les minorités qui sont à la recherche de reconnaissance. . D'après Hegel, la lutte pour la reconnaissance aboutit à la sursomption de la totalité formée par la particularité exclusive dans la totalité effective de l'esprit universel du peuple. Le résultat en est la reconnaissance au sens des institutions qui rendent possible la coexistence d'êtres humains libres.

La Lutte pour la reconnaissance d' Axel Honneth - Les

Axel Honneth interprète, à partir du jeune Hegel, les conflits humains dans la perspective d'une demande de reconnaissance : il met ainsi en lumière la dimension morale inhérente à tout affrontement et reconstruit l'évolution sociale à partir des luttes réelles ou symboliques dans lesquelles l'individu ne cherche pas tant à supprimer son adversaire qu'à être reconnu par lui dans son individualité (que ce soit l'amour, le droit ou la solidarité).. La lutte pour la reconnaissance permet à la société de trouver son cadre moral lorsque la lutte se fait à son niveau le plus élevé, c'est-à-dire que les individus sentent leur intégrité menacée (estime de soi).. La Lutte pour la reconnaissance. d' Axel Honneth. Collection Passages. 240 pages - févr. 2000. 45,10€ La philosophie sociale moderne, depuis Machiavel et Hobbes, présuppose un rapport d'hostilité entre des individus désireux de s'assurer une place au soleil ou plus simplement de garantir les conditions de leur survie. La société ne serait rien d'autre qu'une collection d'individus. La . La lutte pour la reconnaissance et la soumission à un maître est le phénomène d'où est sorti la vie sociale des hommes, en tant que commencement des États.

La lutte pour la reconnaissance: Amazon.fr: Axel Honneth

La reconnaissance est une lutte qui ouvre un horizon moral, l'accès à des formes plus travaillées d'autonomie, de conscience de soi et par là même de responsabilité. Cela dit elle ne doit pas se transformer en "valeur" isolée qui figerait les relations, les dégradant en système de charte ou de revendication idéologique : être reconnu.. L'objet de la philosophie sociale développée ces dernières années par Honneth, le successeur d'Habermas à Francfort, est de penser la vie sociale comme intrinsèquement conflictuelle et de montrer que ce conflit ne la détruit pas parce qu'elle est animée par une lutte pour la reconnaissance.. Néanmoins une autre modalité de lutte pour la reconnaissance est aussi apparue, que Honneth n'envisage pas, mais qui a constitué une cible des critiques communautariennes (auxquelles n'est faite qu'une brève allusion): c'est que la lutte permanente se donne sous la forme d'un marché, d'une concurrence interindividuelle, où la reconnaissance du «prestige» est la reconnaissance de la réussite.