La Dame De Chez Maxim Critique

La Dame De Chez Maxim Critique


image

PETYPON (qui est resté médusé sur place, les yeux fixés sur le canapé et récapitulant) : Elle m’a embrassé dans mon lit !… et je dormais sous le canapé !…MONGICOURT (dans le même sentiment que Petypon) : Oui !(L’air concentré, il prend de la main droite la chaise qui est près du canapé et l’amène devant lui.PETYPON (avec un hochement de la tête) : Comment expliques-tu ça, toi ?MONGICOURT (écartant de grands bras) : Je cherche ! Il enfourche la chaise et, à califourchon dessus, se met à méditer en se tenant le menton.PETYPON (brusquement, se laissant tomber sur le canapé) : Mon Dieu ! Est-ce que je serais somnambule ?(Ils restent un moment dans cette pose méditative, le dos tourné l’un à l’autre, Petypon face à l’avant-scène gauche, Mongicourt à l’avant-scène droite. Tout à coup un long et bruyant bâillement se fait entendre venant de la pièce du fond.)LA VOIX : Ahouahouahahah !PETYPON (tournant la tête vers Mongicourt) : Qu’est-ce que tu dis ?MONGICOURT (tournant la tête vers Petypon) : Moi ? j’ai rien dit !PETYPON : Tu as fait "ahouahouhahouhah" !MONGICOURT : C’est pas moi !PETYPON : Comment, c’est pas toi !LA VOIX (nouveau bâillement) : Ahouhahah ! aah !PETYPON (se levant et se tournant dans la direction d’où vient le bruit) : Eh ! tiens !MONGICOURT : se levant également en enjambant sa chaise. — Eh ! Oui !LA VOIX : Aouh ! ah ! ouhah !PETYPON : Mais ça vient de ma chambre !MONGICOURT : Absolument !PETYPON (tout en se dirigeant, suivi de Mongicourt, vers la tapisserie du fond) : Je ne rêve pas !… il y a quelqu’un par là !…(Simultanément ils écartent les deux tapisseries. Petypon en tirant celle de gauche, côté jardin, Mongicourt celle de droite, côté cour. Chacun d’eux fait un bond en arrière en apercevant, couchée dans le lit, en simple chemise de jour, une jeune femme au minois éveillé, aux cheveux blonds et coupés court.)PETYPON et MONGICOURT : Ah !LA MÔME (se dressant sur son séant et sur un ton gamin) : Bonjour, les enfants !PETYPON (ahuri) : Qu’est-ce que c’est que celle-là ?MONGICOURT (tombant assis, en se tordant de rire, sur la chaise à droite et contre le chambranle de la baie) : Eh ! ben, mon vieux !… tu vas bien !PETYPON (les cheveux dressés et affolé, au pied du lit) : Hein ! Mais pas du tout !… Qu’est-ce que ça veut dire ?… (À la Môme.) Madame ! Qu’est-ce que ça signifie ?… D’où sortez-vous ?…LA MÔME (d’une voix amusée) : Comment, d’où que je sors ? Eh bien ! tu le sais bien !PETYPON (indigné) : Mais je ne vous connais pas !… mais en voilà une idée !… Pourquoi êtes-vous dans mon lit ?LA MÔME : Comment, pourquoi que j’y suis ?… Non mais, t’en as une santé !… (À Mongicourt.) Dis donc, eh !… l’inconnu ! Il me demande pourquoi que j’y suis, dans son lit !MONGICOURT (se tordant) : Oui !… Oui !PETYPON : Mais, absolument ! Quoi ? J’ai le droit de savoir… (Furieux, à Mongicourt.) Mais ne ris donc pas comme ça, toi ! c’est pas drôle ! (À la Môme.) Qui êtes-vous ? Comment êtes-vous ici ?LA MÔME : Non, mais on se croirait chez le juge d’instruction !… Qui que je suis ?… Eh ! ben, la môme Crevette, parbleu !MONGICOURT : La danseuse du Moulin-Rouge ?LA MÔME (de son lit, donnant une tape du plat de la main sur la joue de Mongicourt) : Tu l’as dit, bouffi !

Acte I, Scène 4.

La Dame de chez Maxim (Critique) - Regard en Coulisse

La Dame de chez Maxim a connu dès sa création en 1899 au Théâtre des Nouveautés un succès à la fois critique et public, au point de susciter une suite, trois ans plus tard, La Duchesse des Folies-Bergère, quant à elle plutôt oubliée. Plus d'un siècle après, la pièce est encore considérée comme l'un des sommets de l'art de[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. Avis, critiques, vidéo, photos, distribution… Tout savoir sur la pièce La Dame de chez Maxim au Théâtre de la Porte Saint-Martin dont la première a eu lieu en 10.09.2019. . Après Le système Ribadier à la Comédie Française, Zabou Breitman retrouve Feydeau et l'une de ses pièces les plus mythiques, La Dame de Chez Maxim, qu'elle met en scène, au Théâtre de la Porte Saint-Martin.

La Dame de chez Maxim - la critique + le test DVD

Au Théâtre de la Porte Saint-Martin, Zabou Breitman a choisi Léa Drucker pour jouer la Môme Crevette dans la « Dame de chez Maxim » quand Côme de Bellescize monte « Les Beaux » de Eléonore Confino au Petit Saint-Martin avec Elodie Navarre et Emmanuel Noblet.. Accueil Critiques La Dame de chez Maxim (Critique) Critiques; La Dame de chez Maxim (Critique) Par. Elma Débent - 8 novembre 2017. 0. 239. Share. Facebook. Twitter. de Georges Fey­deau Adap­ta­tion de Johan­na Boye et Pamela Ravas­sard Mise en scène: Johan­na Boye.. La Dame de chez Maxim - la critique + le test DVD. Le 30 janvier 2013. Une oeuvre ambitieuse de Feydeau, talentueusement portée à la scène. Follow @aVoiraLire Réalisateur: Pierre Badel . Lisez les Avis et Critiques sur La dame de chez Maxim - Paris avec Léa Drucker, Micha Lescot, André Marcon, Christophe Paou, Eric Prat, Anne Rotger, Valérian Béhar-Bonnet, Philippe Caulier, Ghislain Decléty, Solal Forte, Constance Guiouillier, Pierre-Antoine Lenfant, Damien Sobieraff, Pier-Nicolo Sassetti. mis en scéne par Zabou Breitman, La dame de chez Maxim Après Le système Ribadier

Critique Avis LA DAME DE CHEZ MAXIM de Georges Feydeau

Au 3e acte, la pièce patine. Trop de volte face, trop de fausses sorties, on s'y perd et on rit moins. C'est là que l'on perçoit les limites de l'argument de cette "Dame de chez Maxim " auquel on pourra préférer celui de "la Puce à l'oreille", moins daté ! Question de goût mais Feydeau reste Feydeau. Unique !. "La dame de chez Maxim", mise en scène par Zabou Breitman (Jean-Louis Fernandez). La vanité et la fausseté d'un monde . La mise en scène de Zabou Breitman a de belles trouvailles, soulignant. La Dame de chez Maxim de Georges Feydeau Joseph Torin. Théâtre des Nouveautés 21 mars 1906. dessin de Yves Marevéry. Source BnF/ Gallica La Dame de chez Maxim est un vaudeville en trois actes de Georges Feydeau, représentée, pour la première fois, le 17 janvier 1899 au Théâtre des Nouveautés. dans une mise en scène de l'auteur.