La Boétie Discours De La Servitude Volontaire Analyse

La Boétie Discours De La Servitude Volontaire Analyse


image

Etienne de la Boétie écrivit ce texte entre 16 et 18 ans...Grand ami de Montaigne, il eut une vie courte (mort à 32 ans) et bien remplie. Ce texte nous révèle deux choses, selon moi, de son auteur : il avait une grande érudition, il n'était donc pas de basse extraction, et il était "indigné", sans doute, mais prudent, l'ensemble des références avancées dans son "Discours de la Servitude Volontaire" remontant à l'antiquité. Bref, pas de mesquinerie excessive, je sais bien qu'il faut dissocier l'oeuvre de son auteur...mais quand même, celle-ci ne l'a pas empêché d'être autorisé par le roi à devenir magistrat avant l'âge légal.Historiquement, ce texte préfigure un peu ce que seront les réflexions de philosophes ultérieurs (Locke, Rousseau), s'emparant de la chose politique. Il ne faut donc pas lui retirer, malgré sa brièveté, son caractère "avant-gardiste" et audacieux, en un sens.La Boétie analyse les rapports entre tyrannie (du pouvoir politique) et soumission du peuple et avance l'idée que, si la tyrannie peut être imposée par la force elle ne perdure que par la "complicité tacite" du peuple, qui s'y soumet, en quelque sorte, volontairement. Comment ? Par la force de l'habitude et par l'emploi de techniques "vieilles comme le monde" (du pain et des jeux). Et comme dirait Napoléon "le peuple est le même partout. Quand on dore ses fers, il ne hait pas la servitude". Ceci est bien malheureux pour La Boétie car, pour lui, la liberté et l'égalité sont des "droits naturels". Alors, oui, c'est facile car j'ai le recul historique, mais moi, cette notion de droit naturel, ça me chiffonne et j'en viens à me demander, dans ce cas là, pourquoi en est-on arrivé à PROCLAMER la déclaration universelle des droits de l'homme ? C'est-à-dire, pourquoi passer par le droit positif si c'est si naturel que ça ? Et donc pourquoi a-t-il fallu tout ce temps à l'humanité pour se rendre compte de cette chose si incomprehensible et inadmissible qu'est la "servitude volontaire"?Je suis désolé mais la réponse "la force de l'habitude" a du mal à me satisfaire...Si encore on m'avançait la force de l'ignorance, là pourquoi pas...Ah oui et puis le "on ne regrette pas ce que l'on a jamais connu"...Mouais...là aussi, j'ai du mal à souscrire. Par contre j'entends très bien le "par intérêt"...Oui, parce que, voyez-vous, le pain et les jeux ça ne marche qu'avec le bas peuple, l'élite il lui en faut plus, il lui faut de la thune et des privilèges...auquel cas elle ne dédaigne pas de faire fonction de clique au tyran, allant même jusqu'à servir de paratonnerre en cas de foudre populaire."le Discours de la Servitude Volontaire" est, finalement, malgré la maturité que l'on prête à son auteur, empreint d'une certaine inexpérience des rapports humains, de la nature humaine, même s'il repère parfaitement les mécanismes de perpétuation du pouvoir. On ne peut, néanmoins, lui reprocher d'omettre des outils (inconnus alors) dans sa réflexion, telle que la psychologie, ou la sociologie...Son importance, d'un point de vue historique, est certaine...c'est sans doute une graine parmi d'autres.

La Boétie, Discours de la servitude volontaire, analyse

Discours de la servitude volontaire, introduction : La Boétie écrit Discours de la servitude volontaire en 1547, alors qu'il n 'a que 18 ans. L'année 1547 est une année de transition : François Ier, qui avait entrepris une œuvre de centralisation monarchique, meurt et Henri II prend le pouvoir.[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. La Boétie, Discours de la servitude volontaire (Commentaire composé) Introduction : La Boétie est né à Sarlat en 1530 et fait ses études au collège de Guyenne à Bordeaux. Il est nommé conseiller au parlement de Bordeaux en 1553 où il rencontrera Montaigne : c'est le début de leur amitié. . Publié en 1576, Le Discours de la servitude volontaire est l'œuvre d'un jeune auteur de dix-huit ans. Ce texte (ô combien actuel !) analyse les rapports maître-esclave qui régissent le monde et reposent sur la peur, la complaisance, la flagornerie et l'humiliation de soi-même.

Discours de la servitude volontaire - La Boétie - Commentaire

En respectant bien la méthode (clarté, justification par des exemples, pas de paraphrase et réflexion logique et argumentée), vous ne devriez pas avoir de problèmes pour commenter le Discours de la servitude volontaire, un texte majeur de la littérature du XVIème siècle!. Présentation. l. L'auteur. Etienne de La Boétie naît à Sarlat dans le Périgord en 1530. Il a 18 ans lorsqu'il rédige le Discours de la servitude volontaire, qui deviendra son œuvre la plus connue.Issu d'un milieu aisé et cultivé il est attiré, à l'instar de nombreux jeunes nobles et bourgeois de son temps, par l'étude des civilisations grecque et romaine, auxquelles d. Le Discours de la servitude volontaire a été écrit par La Boétie alors que celui-ci n'avait que 18 ans (1574). Le texte fut édité à titre posthume. Le texte fut édité à titre posthume. Problème d'interprétation : dissertation théorique sur le peuple et sa servitude ou texte anti-monarchique ? . servitude volontaire Étienne de La Boétie révolte de l'armée : je crois qu'il adaptait plutôt son discours aux circonstances qu'à la vérité. la liberté il suffit de la désirer, s'il n'est besoin que d'un simple vouloir, se trouvera-t-il une nation

Discourse on Voluntary Servitude - Wikipedia

The Discourse on Voluntary Servitude (French: Discours de la servitude volontaire) is a work attributed to Étienne de La Boétie by Montaigne. The text was published clandestinely in 1577.. The date of preparation of the Discourse on Voluntary Servitude is uncertain: according to recent studies it was composed by Étienne de La Boétie during his university education.. Texte bref, parfaitement construit, scintillant, paradoxal et beaucoup plus conservateur qu'on n'a voulu le penser, le Discours de la servitude volontaire d'Etienne de la Boétie est un mode d'emploi pour ne pas être dupe du pouvoir, car ce n'est pas en luttant contre la tyrannie qu'on parvient à l'abattre, mais en comprenant ses mécanismes qu'on parvient à ne pas la subir. Dans son Discours de la servitude volontaire (disponible aux Éditions des mille et une nuits pour seulement 68 fb.), écrit alors qu'il avait moins de 20 ans, il analyse les rapports maître/esclave, qui de tout temps ont été une constante des sociétés humaines.