La Bete Du Gevaudan Vérité

La Bete Du Gevaudan Vérité


image

Le livre de Michel Louis, que vous pourrez vous procurer à un prix très abordable dans n'importe quelle bonne librairie, en ligne ou pas, s'inscrit désormais comme un incontournable parmi le lot d'ouvrages, fantaisistes ou réalistes, de bonne ou de mauvaise foi, qui furent consacrés à la Bête du Gévaudan.J'ajouterai que les amis des animaux ET les écologistes ne pourront que s'enchanter de cette lecture qui nous apprend, par la plume d'un zoologiste expérimenté, tout ce qu'il faut savoir sur cet animal abusivement vilipandé par l'opinion publique qu'est le loupQuand on s'intéresse à la Bête du Gévaudan, on est très vite surpris par un fait primordial : l'animal n'hésitait pas à attaquer alors qu'elle se trouvait au beau milieu d'un village. En d'autres termes, la Bête n'avait nullement peur de l'homme. Et les loups, eux - qui les en blâmera ? - redoutent beaucoup les méchants tours de notre espèce et, un peu comme les chats d'ailleurs, nous considèrent avec un mépris dont notre supposée intelligence supérieure n'a pu venir à bout.C'est que le loup sait, par exemple, ce que veut dire le mot "solidarité" et qu'il l'entend comme recouvrant autant de devoirs que de droits. Dans la meute, il y a souvent plusieurs mâles et femelles. Mais, pour avoir le droit de vivre en meute, tous s'effacent (et ne tombent d'ailleurs jamais en rut) devant le mâle dominant et sa femelle. (Rappelons au passage que le loup est partisan de la monogamie.)Contrairement aux légendes engendrées par la Peste noire, qui faisait s'accumuler les cadavres aux quatre coins de l'Europe et notamment de la France, le loup ne s'attaque jamais à l'homme, même s'il est en meute. Il suivra l'homme affaibli dans l'espoir de le voir tomber et de se nourrir de son cadavre, mais il ne l'attaquera pas. Sauf s'il souffre de la rage. Mais un animal enragé n'a plus toute sa raison et meurt très vite.La preuve de la pusillanimité des loups et paradoxe qui ne peut que frapper dans la terrible histoire de la Bête, les bergers et bergères de l'époque savaient qu'ils pouvaient faire fuir un loup en lui lançant des pierres ou en heurtant leurs sabots l'un contre l'autre.De tels expédients n'ont pourtant pas fonctionné face à la voracité de la Bête du Gévaudan et cela tend bien à prouver qu'elle n'appartenait pas à l'espèce lupine.Des faits de ce type, Michel Louis en aligne un grand nombre dans un récit divisé en deux parties :a) l'histoire de la Bête qu'on lit ici sans se lasser un seul instant de cette accumulation de meurtres (ce qui n'est pas le cas, par exemple, dans l'ouvrage du curé Fabre) ;b) et les mystères de la Bête où l'auteur pointe du doigt avec passion le refus politique de Versailles de voir les choses telles qu'elles étaient après l'abattage de la présumée Bête et la reprise des crimes, les incohérences des enquêtes (les cadavres n'ont jamais été retrouvés immédiatement. Louis estime que des nécrophages bien réels étaient passés par là, après la Bête.), le manque de méthode des enquêteurs (le XVIIIème siècle ne possédait certainement pas les méthodes adéquates pour recueillir les indices en l'état : après tout, la création de la police, au sens où nous l'entendon aujourd'hui, ne date-t-elle pas d'un siècle plus tôt, du règne de Louis XIV ?) et, bien sûr, la mauvaise foi patente de certains écrivains (dont Guy Crouzet) qui, par la suite, se penchèrent sur l'affaire.Michel Louis m'a définitivement convaincue de la nature hybride de la Bête et de la relation qu'elle avait avec un ou plusieurs sadiques sexuels. Car, loup ou hybride, aucun animal de cette taille ne peut trancher une tête humaine. Pas plus qu'un animal, quel qu'il soit, ne déshabille ses victimes avant ou après les avoir tuées.Et Michel Louis fait mieux encore : en authentique amoureux des animaux et du sort que nous leur imposons trop souvent, il nous rend la Bête sympathique. Après tout, si on ne l'avait pas dressée à tuer ...Un livre passionnant, à lire ab-so-lu-ment ! ;o)

La Vérité sur la Bête du Gévaudan | Mister Hious

Noté /5: Achetez La Bête du Gévaudan de Louis, Michel: ISBN: 9782262020545 sur amazon.fr, des millions de livres livrés chez vous en 1 jour[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. De 1764 à 1767, une bête mystérieuse sème la terreur dans le Gévaudan et dans le sud de l'Auvergne, tuant hommes, femmes et enfants. Michel Louis nous livre de cette fameuse affaire un récit passionnant : toutes les attaques de la bête, les grandes chasses, la terreur des campagnes, les actions héroïques de certains paysans, les intrigues des puissants qu'excite la convoitise des . La bête du Gévaudan n'est pas le seul animal à avoir semé la terreur en France. On peut citer la bête d'Evreux (1633-1634), la bête de Brive (1783), la bête du Cézailler (1946-1951). Les plus féroces semblent avoir été les bêtes de l'Auxerrois et du Vivarais. La première est apparue en 1731 et a fait 28 victimes. Elle est décrite comme un tigre ou comme un loup. La bête du

La Bête du Gévaudan : Histoire et théories - Mon-savoir.fr

Cette nouvelle contradiction illustre le fait que depuis 250 ans, alors que des centaines d'ouvrages ont été publiés, la seule certitude concernant l'affaire de la bête du Gévaudan reste l'existence des victimes. Les « bestieux » continuent à chercher la vérité tout en avouant ne pas vraiment vouloir la connaître : ce serait la fin d'un captivant mystère.. La Vérité sur la Bête du Gévaudan. 19 février 2018 Mister & Misses Hious Un commentaire. Aujourd'hui considéré comme une légende, la bête du Gévaudan à réellement sévit … On dénombre plus de 200 attaques dont 80 mortels, sur une période de 3 ans allant du 30 Juin 1764 au 19 Juin 1967, les victimes ,principalement des femmes et des enfants, étaient le plus souvent retrouvé. La Bête du Gévaudan est une histoire que l'on aime à se rappeler car même 250 ans après personne ne connait la vérité et les interprétations sont aussi nombreuses que le nombre de livres sortis sur le sujet. Si certaines interprétations portent à rire, certaines arrivent sûrement près de la vérité. Mais connaîtrons-nous réellement sa véritable identité un jour ? . La vérité par les images sur la Bête du Gévaudan « Nous allons étudier les images des « bêtes » qui ont sévi en France entre le XVIe et XVIIIe siècle. Nous commencerons par balayer le contexte historique des attaques de la « légende » de la Bête du Gévaudan, qui a amené de nombreux historiens à différentes théories.

La vérité sur la bête du Gévaudan | lhistoire.fr

La vérité sur la bête du Gévaudan. mensuel 101 daté juin 1987 - Lion, caïman, léopard ou encore loup-garou..., c'est la Bête du Gévaudan ! Comment l'imagination populaire a-t-elle transfiguré la terreur que lui inspirait une bande de gros loups, en 1764, et a perpétué jusqu'à nos jours le mythe de la « Bête du Gévaudan » ? Pour le savoir, Christophe Pincemaille a jeté un. Si on ne doit lire qu'un seul ouvrage sur la Bête c'est nécessairement celui-ci ! Score de la Bête 107 à zéro ! L'hypothèse récente de R.F. Dubois (Vie et mort de la bête du Gévaudan 1988 réed. 1991) " la bête pourrait-elle être une association homme/animal ou hommes/animal ou homme/animaux ou bien encore hommes/animaux ". Le Puits de la vérité, LA BÊTE DU GÉVAUDAN. Qu'est-ce que c'était ? On a hésité longtemps entre un loup, un ours, une hyène échappée de quelque ménagerie. Un curé du pays a écrit un gros volume pour démontrer que ce ne pouvait être qu'un monstre apocalyptique suscité par Dieu pour punir de leurs crimes les montagnards du Gévaudan. Ce serait bien le cas de dire que