Lesbistronomes.fr: Slow Motion ( Sauve Qui Peut (la Vie

Lesbistronomes.fr: Slow Motion ( Sauve Qui Peut (la Vie


image

« le sauve qui peut la vie, c'est la ligne de fuite, l'échappée parfois belle ».L'auteure parle, entre autres, de parier sur l'embellie, d'appétence au bonheur, d'optimisme de la volonté. « J'aimerais que ce livre, écrit sur fond de drames passés, collectifs et privés, soit une lecture revigorante, une sorte de fortifiant pour résister au mauvais temps présent ».Quelques remarques au gré de perceptions très subjectives.Histoires, mémoires, passés et lectures au présent, souvenirs et reconstructions, regards lucides sur des mondes disparus, celles et ceux qui font famille, la chambre partagée « Quatre-vingts centimètres de distance pour huit ans d'écart, c'était trop peu », projections et interrogations « Car des rêves comme des cauchemars de ma mère, j'ignore presque tout », des noms, enfances et adolescences…Je souligne les belles pages autour du suicide, personnelles ou distanciées par l'analyse, « En désespoir de cause »… « Il restera toujours une part d'énigme », ne pas faire violence à la personne qui n'a plus voix au chapitre, la/le suicidé-e un humain, respecter leur échappée…Le lexique yiddish très limité, les lectures, « Cette génération-là, la mienne, protégée du passé, arrivait comme une promesse », les constellations imaginaires, « Dans ma famille, il y a des semelles de plomb, qui entraînent par le fond, et des ornements de plumes qui frémissent au vent ».Famille dans la tourmente, Lodz, les migrations, des plumassiers, la mémoire et le réel, la seconde guerre mondiale, les frontières du Moi violées, les « Juifs de Kippour », les noms, les assignations intolérables, l'incorporation des bonnes manières jusqu'à l'intolérance…J'ai apprécié particulèrement les paragraphes sur l'émigration, le saut complet dans l'inconnu, « le Silence de la mémoire », la recomposition de mondes chaleureux « idéalisé dans une géographie affective », les liens perdus, les processus de discrimination, le stigmate « Il désigne, décrit, définit. Ce n'est pas seulement un signe, c'est un signal et un signalement ».Mais aussi, « l'héroïsme des immigrés », ces « aventureux des temps modernes », les terres promises recherchées, les pays de droit sans persécution, les brillants attraits de la modernité espérée, le divers et le semblable, « S'en tenir aux différences justifie l'indifférence », un comparatisme ambitieux, la double fragilité économique et administrative, les oublis, le mépris et l'ostracisme, la « fidélité d'une mémoire en alerte », les expériences vives, faire cause commune, « ils ont beaucoup à nous apprendre », les accents, échos d'une langue dans une autre…La mémoire et ses aléas, nous ne sommes pas des automates ventriloques de l'histoire ou des conditions sociales, le « combat juif pour la mémoire », le talmudisme révolutionnaire, « nous n'avons pas appris à durer », l'autonomie du sujet, les relais des « transmissions défaillantes », le coté plume et le coté plomb, « la résistance et la vitalité », les justes réflexions autour de la transformation d'un « génocide » particulier en « étalon du mal absolu », les affinités des combats d'émancipation, la commune humanité, les actions pour faire valoir ses droits, la compassion qui s'égare dans l'émotion et l'inaction…Il n'y a rien d'inexorable dans l'histoire, pas d'hérédité du malheur, mais bien des héritages à assumer… « Voire même, ériger sur fond de fêlures et de mélancolies, une morale de la solidarité et de l'engagement », la part de liberté envers et contre tou-te-s.Un livre plein d'échos, de l'urgence de l'heure, d'un « passé plein d'à-présent »…« Mieux vaut apprendre du souvenir pour rebondir, résister et créer de nouvelles solidarités » Lien : https://entreleslignesentrel..

Bukowski in Sauve qui peut (la vie) - The Cine-Tourist

Sauve qui peut (la vie) est un film réalisé par Jean-Luc Godard avec Isabelle Huppert, Jacques Dutronc. Synopsis : Les angoisses et aspirations d'hommes et de femmes face à une société qui[/has_googlemeta5][has_googlemeta6]. Année de sortie : 1980 Durée : 87 mn Genre : Comédie dramatique De Jean-Luc Godard Avec Isabelle Huppert, Jacques Dutronc, Nathalie Baye . Dans la revue Cinéma 80, Gérard Courant voit dans Sauve qui peut (la vie) « un film génial fait par un génie du cinéma ».Il écrit qu'il trouve le film beau et émouvant parce qu'il a « l'impression que les images durent beaucoup plus longtemps que dans les autres films » [2].. Récompenses et distinctions. Prix de l'Âge d'or 1980

Every Man for Himself (1980) | The Criterion Collection

Directed by Jean-Luc Godard. With Isabelle Huppert, Jacques Dutronc, Nathalie Baye, Roland Amstutz. An examination of sexual relationships, in which three protagonists interact in different combinations.. As far as I can determine, Sauve qui peut (la vie) (1980) is the only film by Godard to feature writing by Bukowski. In itself this is not remarkable. Many other authors are drawn on only the once, for occasions where the particularities of a text suit the situation of a film (e.g. Derrida's De la grammatologie in Le Gai Savoir or Clifford Simak's City in Je vous salue Marie).. New high-definition digital restoration, with uncompressed monaural soundtrack on the Blu-ray; Scénario de "Sauve qui peut (la vie)" (1979), a short video created by director Jean-Luc Godard to secure financing for Every Man for Himself New video essay by critic Colin MacCabe . Sauve Qui Peut (la Vie), a pessimistic but visually stunning film, marks Jean-Luc Godard's return to cinema after having spent the 70s working in video. The film presents a few days in the lives

Amazon.com: Slow Motion ( Sauve qui peut (la vie

Amazon.com: Slow Motion ( Sauve qui peut (la vie) ) ( Every Man for Himself ) [ NON-USA FORMAT, PAL, Reg.2 Import - United Kingdom ]: Isabelle Huppert, Nathalie Baye, Roland Amstutz, Roger Jendly, Jacques Dutronc, C cile Tanner, Anna Baldaccini, Fred Personne, Nicole Jacquet, Dore De Rosa, Jean-Luc Godard, Slow Motion ( Sauve qui peut (la vie) ) ( Every Man for Himself ), Slow Motion, Sauve. Sauve qui peut (la vie) è il primo dei film "svizzeri" di Jean-Luc Godard. Trasferitosi a abitare insieme alla compagna Anne-Marie Miéville nella cittadina di Rolle, nel Canton Vaud, dopo un breve passaggio a Grenoble, il regista torna a portare sullo schermo una fiction tradizionale, facendo tesoro di 12 anni di sperimentazione sul linguaggio delle immagini. È il primo regista a